Un party de Noël Rudolfesque

Avec l’arrivé de décembre, le club offre son party de Noël à ses membres. Encore une fois cette année, celui-ci fut un succès pour ceux qui s’y sont présenté, et que dire du buffet communautaire qui a clos la soirée. En voici un bref résumé.

Tout d’abord, les membres ont été accueilli avec un petit rosé du Domaine de l’Ange-Gardien. Après un moment pour socialiser tous ensemble, et se préparer mentalement aux jeux qui suivront, Rudolf au nez rouge, notre président Robert Nadeau, nous invite à s’asseoir pour débuter la soirée.

Quoi de mieux pour débuter cette soirée sous le thème du petit renne au nez rouge, que de choisir un membre par équipe et le décorer en cervidé meneur du traîneau de Saint-Nicolas. Les seuls objets permis pour y arriver furent un bas culotte en nylon, et des ballounes de couleurs … Dans un cas, les « bois décoratifs » furent pas trop mal alors que dans l’autre .. une malformation ou un excès de caoutchouc a donné un résultat plutôt .. bizarre.

Et ce fut le premier point des noirs.

Pour continuer la soirée dans la joie, et il faut le dire vite, ce fut le tour du concours de jokes, sans rires. Chaque membre des équipes devaient aller s’asseoir devant un membre de l’autre équipe pour lui raconter au moins deux jokes tiré au hasard dans un panier, et la raconter afin de faire rire l’adversaire, mais sans rire soi-même.

Dans certains cas, les plaisanteries étaient drôles, mais en général, on attendait la prochaine en se disant qu’elle serait meilleure. Malgré cela, les noirs accentue leur avance.

On fait revivre les belles années des dessins à la télé ? Fait-moi un dessin ! Un grand tableau blanc, quelques crayons de couleurs, et un mot ou une expression à deviner. Les talents de dessins furent démontré sans équivoques. La question à se poser est plus : Est-ce que les mots/expressions étaient trop facile à deviner, ou les dessinateurs sont tous des Van Gogh en herbe ?

Les noirs maintiennent leur avance sur les rouges, mais l’écart reste le même.

Enfin le dernier jeu ? On mange du chocolat. Mais Rudolf trouve toujours un moyen de rendre les choses un brin plus complexe. A tour de rôle, les membres de chacune des équipes devait aller chercher un chocolat, ouvrir l’emballage, et le manger. La difficulté ? Le faire avec des gants déjà difficile à enfiler, imaginer les enlever par la suite. La dextérité d’ouvrir les emballages n’est pas la même. Cette fois, les noirs ont complètement dévissé les rouges.

Une victoire sans équivoque. Mais au final, aucun prix. Un peu de défi est toujours intéressant.

C’est le temps de passer à la table, et savourer ce buffet garni que les membres ont créé chacun de leur côté. Des plats à partager ainsi que des desserts qui ont fait la joie de tous et chacun.

Encore une belle soirée en bonne compagnie. On se donne rendez-vous en janvier pour notre assemblée générale annuelle.